25 février 2021

VL Beraka

Matthieu 28 :20 “Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde” Jean 14 :20 ; Luc 17 :21 “Je suis en vous… au milieu de vous”

Joie

Découverte de la grâce de Dieu

Découverte de la grâce de Dieu - VL Beraka
L’Église où nous étions était très accueillante. Nous y faisions la connaissance de nombreux chrétiens et nous n’hésitions pas à leur offrir l’hospitalité lorsque possible. Nous ressentions vraiment de l’amour.Il demeurait néanmoins encore quelques zones d’ombre qu’il me fallait...

L’Église où nous étions était très accueillante. Nous y faisions la connaissance de nombreux chrétiens et nous n’hésitions pas à leur offrir l’hospitalité lorsque possible. Nous ressentions vraiment de l’amour.

Il demeurait néanmoins encore quelques zones d’ombre qu’il me fallait éclaircir et dont je n’avais pas encore trouvé les réponses dans cette Église. Souhaitant me rendre utile, je mettais mes connaissances informatiques au service des uns et des autres, ce qui permettait de simplifier le travail de certains membres de l’Église, et en même temps nous pouvions élargir le cercle d’amis en faisant la connaissance d’autres membres de l’Église. C’est de cette façon qu’un frère, Jean-Pascal Hevens, de son nom d’artiste, que je ne connaissais que très peu, a pris contact avec moi pour me demander de l’aider à créer un site web pour son ministère d’évangéliste. Jean-Pascal est chanteur, il chante des louanges dont il compose lui-même les paroles et la musique.

Après plusieurs contacts, nous nous sommes liés d’amitié et comme il était seul nous l’invitions chaque dimanche pour le déjeuner après le culte. C’était en même temps l’occasion pour nous de progresser dans la connaissance de la Parole de Dieu et notamment pour éclairer les zones d’ombre qu’il restait encore. Lorsque Jean-Pascal venait chez nous les dimanches, nous passions donc souvent du temps à discuter sur la Parole de Dieu et particulièrement sur l’œuvre accomplie de Jésus et ses conséquences pour nous aujourd’hui.

C’est avec Jean-Pascal que nous avons complété le puzzle, avec les pièces manquantes qu’il nous a apportées concernant le pardon que nous avons reçu grâce au sacrifice de Jésus et son sang versé au Calvaire. La question sur le pardon était un sujet pour le moins épineux, car être pardonné de nos péchés quand nous nous convertissons est ce que connaissent tous les croyants, cependant qu’advient-il des péchés après notre conversion ? En effet, beaucoup d’Églises prêchaient que nous sommes pardonnés de nos péchés passés lorsque nous sommes convertis, mais qu’il fallait d’une part ne plus pécher et d’autre part obéir à la Loi de Moïse pour échapper à la condamnation, au jugement de Dieu. Ainsi, au stade où nous en étions, il nous fallait régler cette question sur le péché, car comment ne plus pécher et obéir parfaitement à la Loi ? C’est purement impossible.

Chaque dimanche était donc pour nous une croissance spirituelle dans la connaissance de la Parole de Dieu et de sa grâce envers nous, que nous avons au travers de l’œuvre accomplie de Jésus à la croix. Jean-Pascal avait lui-même entendu parler de la grâce de Dieu, notamment sur le pardon que Dieu nous donne au travers du sacrifice de Jésus. Une de ses filles traduisait des messages de certains pasteurs comme Andrew Wommack et Joseph Prince. Jean-Pascal nous en parlait, notamment sur la condamnation et la culpabilité que traînent les chrétiens à cause de faux enseignements qui sont prêchés dans les Églises, qui, pour la plupart, sont des enseignements basés sur la Loi de Moïse. C’est ainsi que nous avons appris que le pardon que Dieu nous donne n’est pas seulement le pardon des péchés passés, mais aussi des péchés présents et futurs. Jean-Pascal nous avait appris que le pasteur Joseph Prince enseigne quotidiennement ce genre de messages libérateurs dans son Église qui, à l’heure où j’écris ces lignes, compte plus de 30 000 membres. Ces découvertes sur la grâce de Dieu nous avaient plongées dans une joie intense. Les maillons de la chaîne qui nous avaient liés durant tant d’années, dans la Loi de Moïse, se brisaient les uns après les autres.

C’était une nouvelle, une bonne nouvelle, que j’ai mis un certain temps à assimiler, car l’entendre est une chose, mais encore fallait-il la vérifier dans la Bible et méditer là-dessus. Je ne voulais plus être dans la peau d’un personnage à qui l’on enseigne quelque chose sans vérifier en profondeur ce que j’apprenais. Bien au contraire, je souhaitais comprendre, afin de pouvoir l’expliquer. D’autant plus que les enseignements des témoins de Jéhovah étaient contraires et interprétés à l’appui de leur Bible où certains passages ont été modifiés.

Après toutes ces années, il s’était formé une sorte de barrière qu’il me fallait impérativement franchir en douceur. Il était également nécessaire que l’Esprit-Saint me confirme cette vérité à la méditation des Écritures. Même dans l’Église où nous nous rendions nous n’avions nullement entendu un tel enseignement sur le pardon. Au départ, j’ai bien entendu vérifié les dires de Jean-Pascal dans mes Bibles, mais il fallait que je creuse encore plus loin pour pouvoir maîtriser la question du péché et du pardon de Dieu avec l’aide de l’Esprit-Saint.

Extrait de mon livre “DES TÉMOINS DE JÉHOVAH À JÉSUS-CHRIST”

Vito Lentini

Copyright © vito-lentini.com – Juin 2019 – Tous droits réservés